Dismaland - Weston-super-Mare 2015 (Bristol) - BANKSY
     

Dismaland - Weston-super-Mare 2015 (Bristol) - BANKSY

Dismaland, Weston-Super-Mare (Bristol)
Mon debrief
Entre coup de génie, coup de poing dans la tronche et foutage de gueule.

Le parc d'attraction consternant de Banksy (dismay= consternation) présente des œuvres époustouflantes de 50 artistes contemporains. Banksy y dénonce aussi les dérives de notre société.
Le public en est l’œuvre majeure.
Visiteurs en extase devant le génie du dieu Banksy pour beaucoup, amateurs d'art, artistes, visiteurs horrifiés, familles, curieux, locaux, tout le monde est bardé de smart phones, iChoses, vieux caméscopes pour les aînés, réflex bas de gamme et haut de gamme: la totale. La foule réunit tous les âges, tous les profils, toutes les classes.
A Dismaland, on pilote son bateau de migrants pour 1£ en buvant sa bière, sans complexe. On regarde des courts métrages sous les yeux de Cameron. La grand’ roue tourne à l'envers. Cendrillon est bien morte dans son carrosse, sous les flashes des paparazzis. Les stewards du parc tirent la gueule, manifestent, vendent des ballons "Je suis un imbécile" (must have pour certains). Le barman jette du pop-corn sur le public hilare, le vendeur de programme t'envoie le chercher dans la flotte après avoir essayé de te piquer ton portemonnaie etc.
On slalome entre humour noir, art grandiose, prégnant, d'utilité publique et manipulation. Pour contre balancer tout ça: deux espaces sont dédiés à plusieurs ONG, histoire d'éveiller les consciences à la solidarité et contrer la société ultra sécuritaire par l'art.
Et comme le titre du film de Banksy l'annonce : "Exit through the gift shop". Hystérie pour s'arracher le merchandising made in Bengladesh (tiens, où sont passées les leçons du parc?), voire pour le revendre à prix d'or sur Ebay. La boucle est bouclée. Le conditionnement gagne. Qui sait, ce public divers et varié fera peut-être l'objet d'une mise en abime sous forme de film, ou d'attraction dans une prochaine folie du Banks.
Un événement fort d'art contemporain.
Sylvia - Sept. 2015